GRETA GARBO
QUAND LE MYTHE SE FISSURE

Dès lors que l’on évoque Greta Garbo « la Divine », s’impose à notre esprit la vision d’un visage superbe mais froid, comme les paysages de sa Suède natale. La femme fatale dans toute sa splendeur, inaccessible et magnifique à la fois.

Mais sous les apparences hollywoodiennes convenues se cache parfois une autre réalité, qui montre qu’au-delà de son image de star glamour, Greta Garbo était avant tout une femme avec ses sentiments, ses passions, ses pulsions, ses qualités et ses défauts aussi.

Loin de l’image « officielle » laissée par "la Divine", une anecdote peu connue du grand public à l’exception d’historiens du 7 ème art particulièrement avisés vient quelque peu craqueler et fissurer cette image un peu trop glaciale, un peu trop lisse et parfaite, et nous laisse entrevoir que le feu sous la glace n’est jamais bien loin

En 1939, à l’issue du tournage du film « Ninotchka » Greta et Melvyn Douglas qui lui donne la réplique dans ce film culte, sont invités, ainsi que toute l’équipe du tournage chez Ernst Lubitsch, le metteur en scène.

La belle Greta, est restée très éprouvée par ce tournage difficile, et se laisse tenter assez rapidement, contrairement à son habitude, par quelques verres de vin blanc. Elle a pourtant la réputation d’être sobre comme les célèbres chameaux de sa Laponie natale.

La fatigue et le vin aidant, c’est une «Divine » souriante qui succède bientôt à la très froide Greta. Elle devient même carrément hilare, riant dans son suédois natal, esquissant des pas de danse lascifs. Elle finit par être même très vite aguicheuse et provocante et l’ensemble des hommes est rapidement subjugué par le sex-appeal prodigieux qui se dégage de la belle nordique. Tous ces regards mâles posés sur elle l’excitent au plus haut point.....

Les verres de champagne se succèdent les uns aux autres, ses yeux brillent de plus en plus et arrive ce qui devait arriver, Greta est totalement emportée par l’ivresse. Beurrée comme un petit Krisprolls.

Leur hôte, Ernst Lubitsch, le metteur en scène du film est plutôt bel homme et Greta qui l’a déjà remarqué lui jette des œillades de plus en plus langoureuses sous le regard outré de Mme Lubitsch.

Mais un ou deux verres plus tard, complètement avinée, Greta perd tout sens moral et se laisse aller à ses instincts sans aucune retenue. Elle saute littéralement sur son hôte Ernst qui n’a absolument pas le temps de réagir, ouvre sa braguette et se met à lui prodiguer sous le regard ébahi et atterré de l’assistance une fellation digne d’une actrice , mais de film X cette fois!

Son collègue Melvyn Douglas qui avait des visées sur elle est furieux . Mme Lubitsch aussi rage, et renverse alors un seau d’eau glacée sur la tête de la vestale qui reprend alors ses esprits, soudain accablée par la honte et le remords, jurant mais un peu tard qu'on ne l'y reprendrait plus.

Mais tous les spectateurs de cette scène ne peuvent l’oublier et c’est à leur tour d’en faire des gorges chaudes. Et jusqu’au dernier jour de leur vie, tous se seront souvenus de ce spectacle inouï quand l’avinée Greta lécha l’hôte..