Coucou!

Depuis presque un mois, je ne suis plus venu sur Twitter. Quelle affaire!

Enfin soyons précis, sauf sur une dizaine de comptes de journaux ou de sites qui m'intéressent pour mon travail.

Mais plus aucun contact avec mes "amis" Twitter. "Amis" entre guillemets, car c'est souvent un bien grand mot, même si je dois néanmoins reconnaître un point positif à Twitter, c'est que quelques uns sont passés d'amis virtuels à amis réels. Et même , dirais-je , d'excellents amis pour quelques uns que je revois régulièrement avec plaisir. Mais pour eux, j'ai leur 06 ou leur mail que je conserve précieusement ! Des gens que je n'aurais jamais rencontrés sans l'oiseau bleu, car dans la vie réelle, on a bien plus tendance à se réunir par groupes d'intérêts communs: l'âge, l'apparence physique, la profession, les loisirs, la localisation,l'éducation, en fait on va naturellement vers des gens qui nous semblent naturellement proches.

Je suis bien évidemment certain qu'il y a aussi pleins de gens remarquables et sympathiques dans ceux que je suis malheureusement moins, et je le regrette, mais c'est impossible d'être en permanence attentif!

Sur Twitter, on peut s'entendre parfaitement avec une personne en ne sachant pas si elle a 25 ou 50 ans, si elle est professeur ou chirurgien, lycéen ou policier évêque ou boulanger-chevaliste ... Tant qu'on ne se livre pas, tout peut passer. Et je trouve ça très bien. Ça me rappelle le monde de la course à pied où toutes les différences sociales sont abolies un court instant dans la sueur, le sang, la sueur, les larmes et la sueur. Et ta sueur ?

Je nuance un peu tout de même, car sur Twitter, beaucoup souhaitent quand même laisser des indices pour bien faire comprendre qu'ils ne sont tout de même pas n'importe qui et qu'on ne mélange pas les torchons et les serviettes. On est anonyme, certes, mais pas pour autant n'importe qui, hein, faut pas déconner!

Dans ces conditions, je préfère en fait les twittos qui annoncent clairement la couleur: @Marie-Anne Soubré, je sais très bien qui c'est. Pareil pour @IsaHorlans, ou d'autres: c'est clair, net. Ces gens là peuvent effectivement selon moi émettre des opinions légitimement en prenant le risque d'en subir les conséquences.

Mais en tant que @LeloupPhoque, je ne m'estime pas le droit d'engueuler les gens anonymement sur leurs idées. C'est trop facile de japper comme un roquet en tapant sur son clavier ( mais c'est aussi vrai que j'ai rarement vu des roquets taper sur un clavier de smartphone, même avec la truffe ! ) Là, je viens de donner un indice, car les plus perspicaces d'entre vous vont sans doute comprendre que @LeLoupPhoque n'est qu'un pseudo! Et oui! Un mythe qui s'écroule!

Mais tel un politique célèbre, je suis souvent profondément choqué à la lecture de nombreux tweets. Ces gens qui s'inventent une personnalité fantasmée fort peu crédible , ces économistes du dimanche qui connaissent tout de la situation en Grèce ou en Russie et qui vous l'expliquent d'un ton docte et péremptoire, ces grands séducteurs et séductrices, fêtards du bout de la nuit qui tweetent chaque nuit curieusement solitaires au fond de leur lit dès 23 heures tel un Jean-Claude Duss des "bronzés" en échec, ces donneurs de leçons prenant les autres de haut et n'acceptant aucune remarque. Ceux qui réagissent 7 jours sur 7 et 24 heures sur 24 et qui ont des idées sur tout , réponse à tout! Ceux aussi qui envoient des gentils mamours chaque matin avant de balancer les pires saloperies quelques heures plus tard. Du genre "Je te #cœur, fils de pute!"

Twitter, j'ai vraiment le sentiment que beaucoup y sont en représentation permanente dans un immense jeu de rôle planétaire.

Je n'apprécie plus trop non plus certains aspects systématiques de Twitter, avec par exemple les émissions de télé commentées en direct chaque semaine à la même heure....A force, ça m'emmerde. J'aime mieux sur Twitter l'inattendu, l'imprévu...Je ne dis pas que j'ai raison, et certains commentateurs sont parfois plutôt drôles, mais c'est juste mon avis!

Ce qui me gonfle aussi ce sont les préconçus tels "tous les électeurs de tel parti sont des cons, tous les clandestins sont des chics types, tous les flics sont des salauds. Tous les mecs de Syriza sont géniaux. Tous les mecs de Syriza sont nuls. Tous les musulmans sont méchants. Les catholiques ont la colique les protestants ont mal aux dents. Tous les mecs sont des connards obsédés, toutes les femmes sont des allumeuses etc..." Quel manque d'intelligence ! Quelle vision partielle et partiale!

Moi, ce que j'aimais surtout dans Twitter, au début, c'était l'humour. Force est de constater qu'il a pratiquement disparu de ma TL. Bien sûr il y a toujours des monstres sacrés tels @Hernsburgler @Patobasilix @legrugu @MaitreRoger ou @nrenard et quelques autres de cet acabit. Bien sûr il y a le réel génie littéraire de @PadrePio. Tant mieux

Mon plaisir, à moi, c'est plutôt de raconter des conneries, souvent sans queue ni tête. Des inepties bien navrantes qui feraient pleurer ma mère si elle les voyait!

Mais pour me dévoiler davantage, à part aux amis qui me connaissent depuis très longue date comme mon frère jumeau @ProfesseurBang, (et oui, vous êtes au courant maintenant! Nous sommes effectivement frères mais pas du même père. Ni de la même mère d'ailleurs.) ou comme certains twitters que j'ai rencontrés IRL, je ne parle pas de mon job sur Twitter, ni de mes amis, mes amours , mes emmerdes. Et d'ailleurs en général, tout le monde s'en fout des états d'âme des autres. L'amour, les sentiments, ça ne peut pas se résumer en 140 caractères! Sauf dans le cas suivant: "Est-ce que tu baises?" (21 caractères pour aller à l'essentiel)

Mais une des raisons essentielles de mon retrait, c'est justement que l'humour, désormais, est un domaine risqué et brûlant. J'ai été nourri de celui de Coluche, Desproges, et plus tard des Nuls , d'Antoine de Caunes, de Nadine Morano ou des Inconnus.

Mais depuis quelques années, toute forme d'humour "non bien pensant" est condamné. Plus le droit de plaisanter sur des sujets ayant trait au genre, à la couleur de la peau, aux origines, aux préférences sexuelles ou religieuses etc.....

Mais bande de pisse-froid, pensez-vous par exemple vraiment que Coluche était homophobe, machiste, pédophile ou raciste, malgré toutes les conneries qu'il racontait ? Ce mec qui a tout de même créé les restaus du cœur n'aurait donc été qu'un ignoble réac?

Plusieurs fois ces derniers temps, j'avais eu envie d'écrire quelques bêtises bien stupides, mais au dernier moment, je me suis auto-censuré, en estimant que tel ou tel twittos allait me reprendre vertement, hurler face à des attaques inadmissibles contre telle ou telle communauté, contre ma stigmatisation etc....

Et quand on en arrive à se censurer soi-même sur Twitter, où est l'intérêt? On est bien loin des exercices où chacun écrivait sur un mur ce qui lui passait par la tête, bien loin du laisser aller salutaire jouissif et déstressant!

Le politiquement correct règne désormais en maître absolu sur notre vie réelle mais aussi virtuelle! Alors, à quoi bon ?

C'est quand même pénible d'être agressé anonymement par des zozos aussi incultes que lâches qui me traiteront de ce que je ne suis pas et me reprocheront ce que je ne mérite pas!

Pourtant, même si j'ai déjà dit des conneries et que j'en dirai d'autres, j'ai parmi mes meilleurs amis une femme grecque noire transsexuelle handicapée, sarkoziste et anti-corridas, néanmoins policière juive et veilleuse, lesbienne anti-mariage pour tous, et même supportrice du PSG qui regarde régulièrement "l'amour est dans le pré" en compagnie d'une militante socialiste ex Europe Écologie Les Verts! Alors! Vous voyez bien!

Pour finir sur une note plus gaie, je dois admettre qu'il est plus facile d'arrêter de Twitter que d'arrêter de fumer (j'ai aussi arrêté ça!) . J'ai pas mal d'amis qui sont complètement accros à Twitter. Je pensais l'être aussi, mais je me rends compte qu'on peut très bien s'en passer assez facilement, et ça, c'est quand même plutôt une bonne nouvelle!

Même si je reviens, je sais désormais qu'après 5 ans de pratique malsaine, on peu s'en sortir sans trop de dommages ;))

En attendant, je profite de ma présence ici pour vous présenter, ainsi qu'à votre famille, à vos collaborateurs et tous ceux qui vous sont chers, mes meilleurs vœux de bon et joyeux deuxième semestre 2015, et la santé surtout!